vendredi 29 novembre 2013

Citroën Type 23 suite


Les marches pieds arrières sont mis en forme et collés à l'arrière







Le Citroën type 23 était livré à l'armée bâché :



Celui ci  aux ailes rondes porte le camouflage usine

Un autre aux  ailes plates , devant le Bastio 32 à Dunkerque.
 (Source Archives  de Dunkerque)



 La bâche reposait sur une structure d'arceaux et de lattes :

Sur cette photo d'un camion  abandonné, on les distingue parfaitement .
 ( Source   Bundesreich Archives)



Plutôt que de refaire toute la stucture en carte plastique qui sera ensuite invisible sous la bâche, je simplifie en confectionnant dans du carton mousse des gabarits que je fixe à la colle à bois à l'intérieur de la caisse.






Les deux derniers gabarits sont évidés ce qui permettra de laisser la bâche arrière entr'ouverte







A suivre...





jeudi 28 novembre 2013

Photos d'archives

En attendant de poursuivre mes différents projets en cours, voici quelques nouvelles photos d'archives :



 Un Einheits-Diesel l. gl. E. Lkw 6x6 Typ HWA 526 D  remarquez le jerrycan de premier type






Einheits-Diesel l. gl. E. Lkw 6x6 Typ HWA 526 D
Einheits-Diesel l. gl. E. Lkw 6x6 Typ HWA 526 D




 Une Horch 830r funkkraftwagen






Certainement une Wanderer en Norvège






 Tout le monde a reconnu la célèbre Schwimmwagen


vendredi 22 novembre 2013

Citroën Type 23 : le montage

Petit Historique :

Il s'agit du dernier véhicule conçu du vivant d 'André Citroën. En Avril 1935 sous le nom de "Type 23" conçu pour une charge utile de 2300 kg au maximum. Citroën est peu impliqué dans les commandes par l'Armée avant 1939.

La carrière militaire de la camionnette démarre en septembre 1939 avec la déclaration de guerre, mais dans des proportions qui vont dépasser en nombre tous les autres véhicules français de 1939-1940.
Environ 12500 exemplaires du Citroën type 23 fût commandés par l'Armée. (Source : l'Automobile Sous l'Uniforme de François Vauvillier)

Les ailes plates sont adoptés au début de 1940.

Une fois la France envahit par l'Allemagne, la production est remise en service au profit de l'occupant, avec une évolution des modéles : en Aout 1941 apparait le T23R pour "Renforcé" remplaçant le L.

La grosse innovation est l'adoption du freinage Hydraulique, avec des tambours légèrement plus gros. L'armée allemande simplifie le modéle, tout en l'adaptant à ses besoins spécifiques, surtout pour le Front de l'Est. On supprime la protection du radiateur, les larges marchepieds, simplificaton de l'échappement, des renforts de caisse, de la trappe d'aération de cabine. Puis viennent le montage d'une caisse en bois pour protéger la batterie, avec un emplacement pour le réchaud réglementaire de la Whermacht. (Source : Robert Leggeux Véhicules Militaires Magazine n° 38)



Le montage :

L'assemblage du châssis est rapide l'essieu arrière avec ses lames d'amortisseurs en métal blanc.  J'ai  ensuite collé le plancher de la cabine et la barre de transmission.



Le poste de conduite avec les pédales et le levier de vitesse, le frein à main n'est pas encore placé.





La caisse arrière avec le hayon arrière collé,  est mis en place sur les longerons.






Les ailes arrières en photo découpe sont mis en forme à l'aide d'une section de tige ronde en bois que j'ai passé en appuyant sur la pièce de métal de la même façon que l'on "frisotte" du bolduc avec la tranche d'un ciseau! L'arrondi est parfait.





Il suffit ensuite de rajouter les deux raidisseurs à l'arrière











A suivre...






dimanche 17 novembre 2013

Citroën type 23 Al-By 1/35

J'ai eu la chance d'acquérir un kit qui est de nos jours introuvable à un prix très raisonnable.

 L'artisan qui le proposait à arrêté depuis longtemps la production de modéles  au 1/35. On peut encore le trouver de temps en temps sur  le site d'enchères bien connu, mais bien souvent le prix s'envole !!

 Il s'agit d'Al-By  proposant actuellement de nombreux  modèles  à l'échelle 1/72.

Commençons par la présentation de la maquette, la boite blanche d'Al-By un collector !




A l'intérieur comme pour la plus part des artisans résine un schéma de montage hyper-simplifié






Il est indispensable avant le montage de rechercher un peu de documentation, comme l'Automobile sous l'Uniforme (lui aussi introuvable !), le numéro 38 de 2011 de Véhicules Militaires Magazine consacre un article sur le T23. Et une recherche sur internet permettra de trouver quelques photos de véhicules restaurés dont la plus part présentent des ailes plates qui furent adoptées au début de l'année 1940.

Les pièces composants le kit sont moulées dans une résine jaune sans bulle et malgré l'âge du kit, je n'ai pas trouvé de déformations de la résine. Quelques photos des pièces principales de la maquette.






Enfin les petites pièces comme les crochets queues de cochons, support de roue de secours, levier de vittesse sont finement moulées.


Les phares, le crochet arrière et le feu





Les lames de suspension et essieux sont en métal blanc :






Et pour finir une planche de photodécoupe pour les ailes arrières, le pare brise et des pochoirs pour les marquages Français.



A suivre

lundi 11 novembre 2013

11 Novembre

Tous pays confondus, 9,8 millions de militaires sont morts au combat pendant la Grande Guerre. 20 autres millions y furent blessés. Plus de 1 000 soldats français tués chaque jour pendant 40 mois – voilà ce que fut la Première Guerre mondiale.

Petit hommage à la mémoire des soldats décédés, avec ces quelques photos.